Le Tenesse Walking Horse

neue20w2.jpghorseslookingout2.jpgTennessee Walking Horse, TWH, Tennessee Walker, « Plantation bred natural single footing Walking Horse » : race initiée à la fin du 18e par les nouveaux colons installés massivement au Tennessee, Missouri et Kentucky, à la recherche d’une race de travail très confortable dans les plantations ; les ancètres du Tennessee Walking Horse ont été un mélange, pendant tout le 19e siècle, de Narragansett Pacer (race éteinte, l’ancêtre de toutes les races d’allure américaines), de Canadian Pacer, de Pur-sang, de Morgan, de Saddlebred et de Standardbred. Au Tennessee, ce mélange a été appelé Turn-Row Horse, Southern Plantation, Tennessee Pacer, Walker, Walking Horse, etc. L’un des étalons fondateurs a été Black Allan, né en 1886 d’un Standardbred trotter et d’une jument Morgan, et qui a transmis son pas particulier à toute sa descendance : ce sera le running walk.  Le Tennessee Walker possède 3 allures intermédiaires, à demi posées et sautées : le running walk (un pas rapide et dissocié, commode, rapide et très ample) ; le flat foot walk (un pas lent et glissé) et le rocking chair canter (un petit galop rassemblé et confortable). Ses autres caractéristiques sont sa queue portée articiellement droite par myotomie ou névrotomie, et sa posture campée, comme le Saddlebred dont il descend. Le Tennessee Walker peut être présenté dans des épreuves de modèle et allures « Performance » ou « flat shod » (ferrure plate). Dans les épreuves « Performance », les chevaux développent un running walk très spectaculaire appelé « big lick », où ils sont littéralement assis sur leur arrière main avec une action très relevée des antérieurs. Pour créer ces actions spectaculaires on leur met aux antérieurs des cales spéciales qui ressemblent à des plate-formes, des chaines autour des paturons et la queue est portée articificiellement haute par myotomie. Les épreuves « Flat shod » interdisent les cales, les chaines et la myotomie de queue mais autorisent des fers alourdis dans les classes Plantation shod ; les classes Light shod et Trail-pleasure paraissent les plus naturelles.
Depuis 1999 une association de protection des chevaux (FOSH) fait la promotion d’un TWH aux allures intermédiaires plus naturelles et moins spectaculaires, avec des épreuves qui privilégient le déplacement naturel du cheval et interdisent l’emploi des cales,  fers alourdis, moyens coercitifs ou myotomie de la queue.

Laisser un commentaire