Le Pur sang Arabe

uilt3nr2.jpgashhal2503062017.jpg1154696935.jpg0320image2016.jpg0320image209.jpgLes origines du pur-sang arabe sont mal connues et sujettes à bien des débats et aucun consensus n’a pu se dégager. Une chose est tout de même admise par tous : cette race est très ancienne, orientale et forgée par la rude vie en zones désertiques ou semi-désertiques.

À partir du travail de sélection de la dynastie perse des Sassanides, les arabo-musulmanes créeront les chevaux arabes qui étonneront tant les premiers croisés par leur agilité.

Les premiers pur-sangs arabes arrivèrent en France au VIIIe siècle lors de la bataille de Poitiers. Au XIIème et XIIIème siècle, l’ ordre du Temple prévoyait d’équiper son maître et ses hauts dignitaires de quatre chevaux dont un turcoman, autrement dit un pur-sang arabe. Quelques siècles plus tard, Napoléon Bonaparte œuvra pour promouvoir la race en lui permettant de se reproduire en race pure. Jusqu’alors, il n’était utilisé qu’en croisement.

Au XVIIIe siècle, quelques étalons ont été importés et croisés avec des juments autochtones de Grande Bretagne. Les produits de ces croisements ont donné les pur-sangs anglais.

Trois étalons arabes sont particulièrement présents dans la race pur-sang anglais :

Père de toutes les races, le sang vif de ces glorieux ancêtres coule dans les veines de presque toutes les races de chevaux légers modernes. Le pur-sang arabe a été utilisé à travers les âges pour affiner et améliorer de nombreuses races.

Parmi les haras célèbres, il faut citer Janow Podlaski (Pologne), Tersky Stud (Russie), Om el Arab (Allemagne) et Crabbet Park (Angleterre). Dans ce dernier vecut le « cheval du siècle », Skowronek, dont la lignée a produit plus de 1000 champions en 15 ans. A noter enfin que les Etats-Unis possèdent à eux seuls près de 90% des chevaux de cette race.

Laisser un commentaire